Hauptinhalt

Praktikum in Weeze (Deutschland)

von Luis Sancey

D’août à décembre, j’ai effectué un stage dans l’agriculture à l’ouest de l’Allemagne. Ce stage a été dans le cadre de ma formation.

L’entreprise de mon patron est à la frontière de la hollande. Mon patron a de la culture et des bovins à l’engraissement. Comme culture, il produit de l’épeautre, du seigle fourrager à faucher en vert, du maïs ensilage, de la betterave et des pommes de terre.

Voici quelques-uns des travaux que j’ai effectué tout au long de mon stage.

Semis de céréale:

J’ai semé la plupart de la surface d’épeautre et de seigle. Je suis aussi allé semer du blé pour un collègue. J’ai eu la chance de découvrir une méthode de semis pas commune qui est une combinaison avec une herse a disque frontale et un chisel directement derrière le tracteur avec la herse rotative et le semoir attelés dessus. Cette combinaison est bénéfique pour le terrain car tout est décompacté par le travail en profondeur du chisel et nous ne passons qu’une seule fois sur le champ. Avec cette méthode, lors de fortes pluies l’hiver, l’eau s’infiltre et ne stagne pas sur les parcelles. Mon patron m’a montré la première fois, et les suivantes j’ai pu être autonome pour le réglage et la façon de faire. Il avait une grande confiance en moi, ce qui était très agréable.

Ensilage de maïs et d’herbe:

Je suis aussi allé aider quelques journées un entrepreneur voisin qui est un ami de mon patron. Il manquait de chauffeurs et nous avions un temps mort, c’était l’occasion d’aller faire une petite expérience avec quelqu’un d’autre, s’échanger nos idées, et rencontrer du monde. J’ai trouvé cela généreux de mon patron et intéressant.

Betterave:

Avec la betterave, le seul travail que j’ai effectué est arroser car le reste du travail est fait par un entrepreneur. Il faut arroser car, dans cette région, le changement climatique a frappé très fort et les précipitations réduisent chaque année. Ils ont des nappes phréatiques dans lesquelles ils peuvent pomper. Le travail est simple, il faut déplacer la machine de ligne et tirer le tuyau et le lanceur avec le tracteur. Régler la buser et lancer la pompe.   

Pommes de terre:

Pour les pommes de terre, j’ai fait les transports jusqu’à la firme ou elles étaient vendues. Mon patron a 2 contrats, un où ils trient eux même à la maison avec un système de convoyeur et de l’eau et l’autre où l’on doit trier nous sur la machine. Lorsqu’on devait trier sur la machine, la fabrique venait elle-même chercher. Ces patates étaient toutes pour la fabrication de frites.

Autres:

Tous ces travaux sont mes travaux principaux mais j’ai effectué aussi tout pleins d’autres plus petites tâches. Par exemple l’entretiens des machines, l’entretiens des tours de parcelles, du bois de feux, et pleins d’autres petites choses. Nous avons aussi mis des conduites sous-terraines pour arroser plus facilement, et encore posé des pavés autour de l’exploitation.  

Une dernière chose que j’ai trouvée très intéressante est le hobby de mon patron. Il adore construire lui-même ses propres machines. Cela prend beaucoup de temps mais donne beaucoup d’idées. Il me les a toujours partagées et certaines sont simples mais efficaces. Certaines idées restent dans un coin de ma tête.  

Au niveau des vaches, j’ai très peu travaillé avec, je ne peux donc pas beaucoup décrire. La production est extensive. Les vaches sont nourries à l’ensilage et aux déchets de salade issus d’une usine d’emballage. Mis appart le transport de la salade et le chargement des bêtes je n’ai pas fait grand-chose. Ce n’est absolument pas un regret.